Comment aidez vos enfants à faire face aux situations difficiles.

de | 28 janvier 2015

Les enfants ne sont pas à l’abri des angoisses, du stress, des colères, des questions métaphysiques….

Certaines épreuves de la vie entraînent parfois une souffrance destructrice. Si nos enfants n’étalent pas leurs états d’âme, c’est souvent qu’ils sont en réalité incapables de verbaliser leurs émotions. Est-il alors opportun de faire appel à une aide extérieure ? Si oui, dans quelles conditions ?

Se faire confiance

Nul n’est besoin de rappeler qu’il faut se faire confiance en tant que parent. Être davantage à l’écoute de son enfant, suivre son instinct, demander conseil à son entourage proche…

Autant d’initiatives qui sont parfois suffisantes pour venir à bout d’une situation délicate. D’autre part, bien connaître les étapes de développement des enfants peut éviter de s’inquiéter inutilement.

Les signes d’alertes.

La douleur d’un enfant s’exprime souvent là où on ne l’attend pas. Tout changement de comportement chez l’enfant doit mettre en alerte. Des troubles du sommeil ou de l’alimentation, un comportement agressif, des résultats scolaires soudainement en berne, une tristesse qui envahit l’enfant…

Dès lors que ces problèmes persistent et que la vie sociale de l’enfant s’en trouve perturbée, il faut consulter un professionnel.

Le comportement de votre enfant peut aussi être dans l’excès, alors il faut être vigilant : attention à l’enfant trop sage, qui ne veut pas se salir, qui ne veut pas déranger sa chambre.

Plus généralement, quand on a l’impression de ne plus s’en sortir avec son enfant, quand ses difficultés handicapent la vie de famille, il faut se tourner vers une aide extérieure.

Les réticences des parents

Pourtant, malgré cela, certains parents rechignent à faire appel à une aide extérieure. Peur d’être jugé ? Peur de se remettre en question ?

Il est des cas où il faut savoir dépasser certains ses a priori pour venir en aide à son enfant.

Choisir un “psy” ?

Une fois les réticences dépassées, comment s’y prendre ? Il existe des structures publiques, les centres médico psychologiques, où des professionnels (pédopsychiatres, psychologues…) reçoivent les enfants gratuitement.

Parmi les intervenants privés, il peut être utile de s’orienter vers un pédopsychiatre quand il y a une vraie urgence médicale. En tant que médecin, il peut, si nécessaire, prescrire des médicaments à l’enfant.

Le psychologue cherchera à comprendre ce qu’il faut faire pour que la souffrance de l’enfant disparaisse et ne revienne pas. Psychologue étant un titre protégé, donc pas de risque de tomber sur un usurpateur. Reste à trouver celui qui conviendra à l’enfant… et à ses parents.

Aidez vos enfants face à ses situations difficiles, il ne vous en témoignera que plus d’affection.